Guillaume GUÉNOT: « La finale des 22 joueurs ! »

29/05/2018

À cinq jour de la finale de la Coupe des Groupements qui opposera sa « Team 5 » à l’équipe de Plaine de l’Ain (II), Guillaume GUÉNOT revient sur cette deuxième saison qui a une nouvelle fois été couronnée de succès. Ce dernier nous livre donc ses précieux secrets qui risquent certainement d’en surprendre plus d’un. Il en profite également pour nous livrer des informations précieuses concernant son avenir… Entretien.

Guillaume, on aurait pu croire que l’année dernière était un accident mais finalement tu réédites la même performance cette année avec ce titre de champion. Beaucoup d’éducateurs au club aimeraient connaître le secret de ta réussite…
« Le secret, c’est simplement l’ambiance qui règne au sein du groupe. Ce qui est frappant, c’est lorsque nous sommes menés, les joueurs s’encouragent et ne se disputent jamais. En championnat, nous avons rapidement validé notre titre, sans pour autant dominer outrageusement nos matchs. Il faut reconnaître que pour la plupart des joueurs, leur carrière est derrière eux. Ils connaissent leurs forces mais aussi leurs nombreuses faiblesses. Surtout, ils ne possèdent pas d’égo surdimensionné et acceptent d’être beaucoup chambrés comme en témoignent les résumés dans la Gazette… »

Avec en plus, une finale de Coupe des Groupements à jouer… Penses-tu ton groupe capable de réaliser un doublé ?
« Bien sur que je pense que nous pouvons le faire ! De toute manière, il s’agit de la finale des 22 joueurs qui composent le groupe. Il est possible que seulement 12 ou 14 joueurs disputent ce match mais il ne se gagnera que si les autres joueurs sont présents dans le vestiaire. Qu’on gagne ou qu’on perde, nous aurons réussi le boulot lors de la demi-finale, en réunissant de nombreux supporters à Michel Bellet. Des anciennes stars qui évoluaient au plus haut niveau régional sur ce stade dans les années 80 étaient présentes : Thierry PUTEY, Gilles DUTREIVE et Thierry LATOUR. Il faut préciser que la demi-finale a été gagnée aux tirs au but, face à un adversaire qui nous était supérieur. Le quart de finale à Marboz a été difficile et heureusement que le temps nous a aidé. En huitième de finale, nous passons grâce à un énorme Aurélien BURTIN qui avait fait le show. Il me semble avoir moi-même remporté cette Coupe sous les ordres de Thierry PUTEY face notamment à un adversaire ultra-rapide à l’époque, Maxime DUMOULIN, qui évoluait sous les couleurs de Fareins Saône Vallée. Blague à part, nous donnons rendez-vous à tous les sympathisants du club Samedi après-midi, à 16h30, au Forum des Sports de Saint Maurice de Beynost pour venir nous encourager.»

Finalement, tu es certainement l’éducateur avec le plus de « nez » puisque tes recrues ont largement contribué à la belle réussite du groupe. Peux-tu aussi expliquer aux autres comment s’y prendre ?
« La première publicité est l’image du club que donne les dirigeants ainsi que les infrastructures. Cela coûte beaucoup en énergie et en ressources, notamment en organisant les après-matchs. Ces moments sont bien les plus importants car ils permettent d’intégrer les nouveaux joueurs. On voit également de nombreux joueurs Séniors nous rejoindre lors des troisièmes mi-temps. Nos défaites sont aussi des grands moments de joie, c’est du jamais vu, notamment contre le FC Dombes et Chaveyriat. »

Et pour faire venir autant de dames qui vous s’occupent de vous?
« Aïe, aïe, aïe, il faut chouchouter leurs chéris et ne jamais critiquer leurs choix tactiques. Mais quel boulot elles réalisent ! Leur investissement permet aux bénévoles et à Gilles de pouvoir respirer de temps en temps. Si les « WAGS » passent un bon moment au Stade, cela se ressent tout de suite sur la prestation de leur conjoint ou de leur fils… »

Tu insistes très souvent sur les valeurs du club, cet esprit de famille et on imagine que la saison en cours répond parfaitement à tes attentes. De quoi es-tu le plus fier ?
« Tout d’abord, rejouer sur le terrain de notre enfance pour une bonne partie des joueurs, le Stade Michel Bellet à Misérieux. L’autre fierté est l’intégration des recrues et des joueurs U19 au sein de la mafia des conscrits des conscrits de Misérieux. Je pense notamment à notre gardien Paul KROLAK qui nous a beaucoup aidé. De voir des anciens comme Nico KREMER et Greg BUISSON prendre du plaisir à ce niveau alors qu’ils ont joué longtemps au niveau régional. Le top, c’est qu’ils rempilent pour une saison supplémentaire malgré quelques pépins physiques. Tout cela est possible car chaque joueur tient aussi un rôle de dirigeant, c’est à dire faire la touche de temps en temps, nettoyer les vestiaires, ranger les maillots, ne pas être sélectionné et préparer le barbecue. La vraie réussite de l’équipe se verra dans le temps, notamment si elle parvient à perdurer et à rester ce qu’elle est. »

La question que tout le monde se pose. Coach Guen’s prolongera-t-il son contrat ?
« Si le club accepte, bien sûr ! Cependant, si Kévin GARNIER se fait virer avant l’hiver, je ne pourrais pas refuser l’équipe fanion. Il en sera de même si Manu DUBESSY, qui gravit les échelons à une vitesse impressionnante, me laisse sa place. Il faut bien comprendre que la « Team 5 » existe car les quatre autres équipes Séniors tournent bien et que les éducateurs s’entendent bien. Le meilleur exemple est l’équipe 4. Sans elle, nous n’aurions pas de cinquième équipe. Quand je vois l’ambiance sur cette fin de saison, je me dis que cela devrait durer encore même si leur coach me semble léger tactiquement… »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *